LE MANIFESTE DU PARTI SOCIALISTE

En 1894, lors d’un congrès tenu à Quaregnon, le Parti Ouvrier Belge (POB) adoptait la déclaration de principe qui allait fonder son action : la Charte de Quaregnon.

La Charte a posé les principes fondamentaux du socialisme, qui restent aujourd’hui pleinement actuels. Contre une propriété privée érigée en dogme et face à la concentration des richesses dans les mains de quelques-uns, la Charte af rme que celles-ci sont issues de la nature ou du travail des femmes et des hommes. Elles doivent donc être considérées comme « le patrimoine de l’humanité ». Ceci implique que la jouissance de ce patrimoine « ne peut avoir d’autre fondement que l’utilité sociale, et d’autre but que d’assurer à tout être humain la plus grande somme possible de liberté et de bien- être ».

Pour atteindre cet objectif, la Charte af rme que « l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes » et qu’elle rendra possible « le développement des sentiments altruistes et la pratique de la solidarité ». Cet engagement politique et moral vise à transformer les rapports sociaux fondés sur « la lutte des classes », pour créer une société fraternelle où chacun puisse réaliser son idée du bonheur.

La Charte engage les socialistes à défendre « tous les opprimés, sans distinction de nationalité, de culte, de race ou de sexe » et à inscrire leur action dans un cadre international.

Sur ces bases, rappelées à de nombreuses reprises depuis plus de 120 ans, notamment lors du Congrès de 1974, les générations de militants socialistes qui se sont succédé n’ont cessé de lutter pour un monde plus juste, plus solidaire et plus fraternel.

Les socialistes ont transformé radicalement la société. Leurs combats incessants, menés dans les institutions démocratiques, dans les entreprises et dans l’espace public, aux côtés de partenaires politiques et sociaux, ont rendu possibles :

  • Une profonde démocratisation de la société, par l’instauration du suffrage universel, des droits syndicaux et du dialogue social, le socialisme municipal, la gestion paritaire de la Sécurité sociale et la création d’institutions régionales démocratiques ;

  • L’accès de tous au savoir et à la culture, par l’instruction laïque, gratuite et obligatoire, les bibliothèques publiques, les centres culturels, le service public audiovisuel, l’éducation permanente, la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur ;

  • La constitution d’un patrimoine collectif, par la création des services publics (du logement, des transports, de l’éducation, du sport, de la culture) et de la Sécurité sociale (assurance chômage, pension légale, fonds des maladies professionnelles et accidents du travail, soins de santé) grâce auxquels plus de la moitié des richesses sont aujourd’hui socialisées et redistribuées ;

  • Une plus juste rémunération du travail, salarié ou indépendant, par la négociation salariale, l’impôt progressif, l’indexation automatique des salaires, les pensions publiques, le revenu minimum, la liaison des pensions et allocations au bien-être ;

  • La libération du temps personnel, par la journée des huit heures, les congés hebdomadaires, les congés payés, la semaine des trente-huit heures, le congé parental ;

  • La transformation des rapports sociaux, par l’abolition du travail des enfants, le bien-être et la sécurité des travailleurs, la lutte contre le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme, la protection des droits de l’enfant et l’aide à la jeunesse, l’intégration des personnes porteuses de handicap, l’égalité entre les femmes et les hommes, la cohabitation légale, la lutte contre la violence conjugale ;

  • Le développement de la prospérité collective, à travers des politiques industrielles associant les partenaires sociaux, le soutien à la recherche et l’initiative industrielle publique ;

  • L’extension continue des libertés publiques, par la reconnaissance de la laïcité, la dépénalisation de l’avortement, le droit de mourir dignement, le droit à la procréation médicalement assistée, le respect des orientations sexuelles, le mariage et l’adoption pour tous ;

  • L’autonomie démocratique conférée par le fédéralisme, qui constitue une garantie fondamentale et un facteur de développement harmonieux pour les citoyens ;

  • La solidarité internationale, par l’aide publique au développement, la construction européenne, le soutien aux réfugiés, le développement durable et la lutte contre le réchauffement climatique, la transformation des missions de l’armée.

Ces conquêtes ont produit « une transformation radicale de la société », de 1894 à nos jours.

Depuis le tournant des années 80, la mondialisation néolibérale a induit, partout sur notre planète, un modèle de croissance inégalitaire et destructeur de la nature.

La pauvreté progresse à nouveau et la richesse reste concentrée dans un petit nombre de mains. De trop nombreuses inégalités fondées sur le genre, l’origine, les convictions et les choix personnels subsistent.

Plus que jamais, le Parti Socialiste se pose en alternative déterminée au capitalisme et au néolibéralisme.

De nouvelles formes de lutte des classes sont apparues, dont les victimes sont les travailleurs avec ou sans emploi, retraités, allocataires sociaux, citoyens démunis face à un capitalisme mondialisé, débridé, nanciarisé, empêchant le développement durable de nos sociétés.

En outre, l’organisation du travail et la nature de l’emploi vont demain recouvrir des réalités différentes, en raison de la révolution numérique.

S’appuyant sur ses engagements de toujours, le Parti Socialiste est aujourd’hui la force de progrès qui assure, dans ce monde ouvert et en proie à de profonds changements, l’égalité, la solidarité, la liberté, la justice, la protection et l’émancipation de chacune et chacun, dans le respect et la tolérance que seule la laïcité peut garantir.


Réuni en congrès à Liège le 26 novembre 2017, le Parti Socialiste, fidèle à son héritage et à ses valeurs, confirme et actualise la Charte de Quaregnon.

1

Le PS se fixe l’objectif de rassembler les citoyens afin de réaliser leur émancipation intégrale et d’assurer à tout être humain les conditions de son épanouissement et la plus grande somme possible de liberté et de bien-être. Il construit les rapports de force politiques nécessaires pour y parvenir.

2

Les socialistes refusent la perspective d’une société noyée dans les eaux glacées du calcul égoïste. Ils luttent pour créer une société où chacune et chacun sera capable d’être, d’agir et de choisir en toute autonomie entre les multiples possibilités de réalisation de soi ; une société fondée sur la justice sociale, les libertés et la solidarité ; une société qui prône l’égalité de tous les êtres humains sans distinction d’origine, de genre, d’orientation sexuelle, de langue, de nationalité, de croyance religieuse ou philosophique ; une société démocratique soucieuse de défendre et d’élargir son bien commun comme ses ressources naturelles inaliénables comme l’eau, l’air et les espèces vivantes, ou son patrimoine intellectuel et culturel.

De telles évolutions reposent sur la capacité d’une société à agir sur elle-même pour s’améliorer. La réalisation de cette société se fera de manière démocratique : toutes les citoyennes et tous les citoyens sont appelés à y participer.

3

La démocratie doit être sans cesse étendue, intensifiée et améliorée. La participation des citoyens à la vie démocratique est stimulée par toutes les voies possibles.

4

Les socialistes défendent le principe de progrès humain permanent : qu’il s’agisse de protection sociale, de revenus ou de droit du travail, le critère le plus favorable à l’individu et à son émancipation définira toujours la norme à atteindre.

Chaque personne participe à l’effort collectif selon ses moyens et ses capacités.

Toutes les injustices, toutes les oppressions et toutes les discriminations, dont la pauvreté en particulier, doivent être éradiquées.

5

Chaque femme, chaque homme est libre dans ses choix et modes de vie. Ceux-ci ne peuvent altérer ni ses libertés, ni ses droits sociaux.

La vie privée est inviolable.

L’égalité entre les femmes et les hommes est un impératif inconditionnel.

Les femmes ont le droit à l’autonomie dans leur vie professionnelle et personnelle et le droit absolu de disposer de leur corps, notamment par la contraception et l’interruption de grossesse.

La recherche scientifique et la progression des connaissances ne peuvent être entravées par aucun dogme.

6

Les socialistes promeuvent les services publics et la Sécurité sociale, qui garantissent à tout citoyen une vie décente et luttent contre les inégalités dans tous les domaines de la vie en société.

Les institutions sociales ont pour mission d’organiser la solidarité et de rendre effectifs les droits sociaux, socle de l’égalité et des libertés réelles.

Au-delà des institutions sociales organisées par l’Etat, les socialistes soutiennent les solidarités interpersonnelles.

La solidarité n’a pas de frontières. Les socialistes portent leur action du niveau local au niveau mondial.

7

L’environnement est un bien commun. Les socialistes s’engagent à le protéger et à assurer le bien-être de tous les êtres vivants qui le constituent. La nature est préservée, entretenue et transmise aux générations futures.

8

Le socialisme est, par essence, écosocial. La vie de tout être humain est indissociable de celle de ses semblables et de la nature. Cette réalité nous confère une responsabilité vitale qui nous lie les uns aux autres.

L’écosocialisme associe à la fois les idéaux environnementaux et sociaux. Ses principes sont universels car ils ouvrent la voie à un monde pacifié.

9

Les socialistes promeuvent un Etat laïque qui considère toutes les religions et convictions sur un pied d’égalité. Le principe de laïcité est un trait d’union fondamental dans une société plurielle.

Toute personne est libre de ses convictions et de ses croyances qui relèvent de la sphère privée. La liberté de conscience est absolue : chacune et chacun est libre de croire, ou de ne pas croire, de pratiquer une religion ou d’en changer, de ne se laisser imposer aucun rite ni aucune soumission. Le pouvoir civil s’exerce de manière neutre et impartiale, sans intervention des cultes.

10

Les autorités publiques agissent en toutes circonstances demanière impartiale, respectent la vie privée et combattent toutes les discriminations fondées sur le genre, l’âge, l’origine, les convictions ou les orientations personnelles.

L’Etat est garant de la protection de ses citoyens.

La justice, la sécurité, la protection sociale, la petite enfance, l’enseignement y compris l’enseignement supérieur, la préservation de l’environnement, les transports publics et la culture relèvent des missions fondamentales de l’Etat et doivent être soustraits à toute logique marchande.

Les autorités publiques sont des acteurs à part entière de l’économie. Elles ont non seulement pour mission de réguler et contrôler les activités économiques et financières, mais également de prendre des initiatives économiques et industrielles, notamment dans le domaine de l’énergie. Elles protègent les travailleurs, les consommateurs et l’environnement. Elles jouent un rôle actif dans le développement de la prospérité.

Afin de garantir à tous les citoyens un accès aux services fondamentaux, les socialistes défendent la qualité des services publics.

11

Chaque personne doit avoir accès à un enseignement gratuit et de qualité, ainsi qu’à la culture. Cet accès doit permettre à tout jeune, quelles que soient ses origines, de s’émanciper et d’acquérir une capacité de discernement, un libre-arbitre, un esprit critique. Chacun doit pouvoir développer toutes ses facultés, compétences et aspirations.

12

Pour les socialistes, les moyens de production et d’échange ne peuvent être laissés aux seules forces du marché. Ils promeuvent les alternatives au capitalisme ; alternatives qui impliquent entre autres le développement de l’initiative publique, la régulation du marché, l’économie sociale, la démocratisation de l’entreprise, de nouvelles formes d’organisation du travail, le soutien aux processus collaboratifs ou coopératifs.

Les socialistes encouragent les initiatives personnelles et l’esprit d’entreprendre, en particulier l’entrepreneuriat local.

Dans l’ère de la post-croissance qui se déploie, les socialistes soutiennent les initiatives ayant pour objet la mise en oeuvre d’une économie dont la finalité est l’utilité sociale.

Pour les socialistes, les consommateurs doivent bénéficier de droits effectifs, y compris le droit d’obtenir individuellement ou collectivement réparation des dommages subis. Ces droits couvrent notamment leurs intérêts économiques et la protection de leur santé et d’un environnement sain.

13

Tout citoyen a droit à un travail digne, justement rémunéré, qui lui permette de développer ses capacités personnelles.

Face à la déterminante révolution numérique, qui est à la fois une révolution de la connaissance et une révolution industrielle, les formes de travail doivent être fondamentalement reconsidérées et les droits des travailleurs adaptés et garantis.

Les indépendants doivent bénéficier d’une protection sociale renforcée.

Les socialistes poursuivent l’objectif du plein emploi.

Afin d’atteindre cet objectif et de libérer du temps pour la vie privée, pour l’épanouissement culturel, pour l’émancipation sociale et pour la mise en oeuvre d’initiatives individuelles, le travail disponible doit être partagé. Le temps de travail doit être réduit avec maintien du pouvoir d’achat.

Toutes les formes de contribution à la collectivité et au bien commun méritent d’être reconnues.

14

Les revenus du travail, les pensions et les allocations sociales doivent être adaptés de manière automatique au coût de la vie et au bien-être et doivent permettre de mener une vie digne et épanouissante.

15

Les socialistes considèrent la fiscalité intégrant l’ensemble des revenus comme un instrument essentiel à la redistribution des richesses et à la réalisation de la justice sociale.

16

Les socialistes promeuvent la construction d’une Europe des citoyens garantissant à chacun d’entre eux les droits sociaux et environnementaux les plus élevés, une Europe dotée d’une fiscalité et de normes sociales harmonisées.

A l’échelle mondiale, les socialistes défendent la prospérité pour tous, la paix, la sécurité et le respect des droits humains.

17

Tout socialiste respecte, dans sa vie personnelle comme dans sa vie militante, les principes du présent Manifeste.

L’exercice des responsabilités fait l’objet d’une évaluation permanente par les militants.