Présentation

170 engagements pour un futur idéal

Chères Camarades, Chers Camarades,

Une formation politique qui ne se remet pas régulièrement en question s’assèche. Cette vérité est d’autant plus forte lorsque la formation politique est – comme le Parti Socialiste – progressiste. Il lui faut, à intervalles réguliers, soumettre son projet politique à un questionnement approfondi.

Nos valeurs de solidarité et d’égalité sont intangibles. Notre soif de justice demeure inextinguible. Notre désir de liberté et d’émancipation pour tous est sans mesure. Mais le monde change et la mise en œuvre de nos valeurs doit évoluer avec son temps.

En 2015, j’ai lancé le Chantier des idées. Son objectif était clair : prendre le temps de la ré exion pour adapter les réponses des socialistes aux grandes questions actuelles. Pendant deux ans, les su- jets de ré exion se sont succédé. Quinze colloques, des conférences thématiques, des forums et des rencontres ont traité des différents enjeux qui se présentent à nous. Tout au long du processus, nous avons pu compter sur l’appui de spécialistes talentueux, belges et étrangers, et de militants mobili- sés, participatifs et enthousiastes.

Cette ré exion commune nous a permis de mieux appréhender les dé s de notre époque, de tracer de nouvelles voies d’actions et d’esquisser un nouveau projet de société progressiste. Un projet propre aux socialistes. Résolument ancré à gauche, car c’est notre ADN. Ambitieux, aussi : il ne pourra as- surément pas être mis en œuvre en quelques mois ; c’est un nouvel horizon que nous dessinons. No- vateur en n, car les progressistes que nous sommes ne peuvent se contenter de solutions existantes, parfois insuf santes, parfois périmées. Il nous faut inventer l’avenir. Et le concrétiser.

Ces derniers mois, ce projet de société marqué du sceau de nos valeurs a été débattu dans les 500 sections locales, les unions socialistes communales et les fédérations du Parti. Chacune et chacun a pu exprimer son point de vue, compléter le projet, le modi er. La toute grande majorité des amen- dements proposés par les militants ont été retenus et ont enrichi notre projet. Le « Congrès des idées » du 26 novembre 2017 à Liège a avalisé ce travail participatif colossal. Les 170 propositions retenues forment un corpus idéologique cohérent, qui trace les lignes de notre futur commun. Un futur idéal qu’il nous appartient à présent de concrétiser. Nos 170 propositions sont donc autant d’engagements que le Parti prend vis-à-vis des citoyens.

Un Parti Socialiste fort est indispensable. Car les questions sociales sont à nouveau criantes. La crise économique que nous subissons est le résultat de l’échec cuisant d’un capitalisme exacerbé soutenu politiquement par les néolibéraux. La question environnementale, tellement importante de nos jours, est aussi une question sociale : les premières victimes des dérèglements climatiques sont les plus précaires ; les populations les plus concernées par la transition énergétique sont d’abord les plus vulnérables. La révolution numérique, inéluctable, engendrera quant à elle des pertes d’emploi qui toucheront en premier lieu les emplois les moins quali és.

Régénérés par le Chantier des idées, les socialistes offrent un nouveau référentiel, qui intègre les bouleversements sociétaux et y apporte des solutions. Ce nouveau référentiel propose de nouvelles avancées aux citoyens. Il parachève la protection sociale en réduisant les inégalités et en luttant de façon déterminante contre la pauvreté. Il réorganise notre modèle de santé pour le rendre plus acces- sible et ef cient. Il promeut une économie qui place au premier rang le bien-être des travailleurs et des consommateurs. Il développe un écosocialisme qui allie protection environnementale, préoccu- pation sociale et développement économique. Il vise à une pleine émancipation personnelle par une école qui amène chacun au maximum de ses capacités et par une culture qui éveille, qui émerveille et qui libère. Il défend les libertés individuelles et l’épanouissement personnel des citoyens d’ici et d’ailleurs. Il dé nit le rôle de l’Etat au 21e siècle et de ses services publics au regard des besoins col- lectifs. Il formule des pistes de réformes judiciaires. Il s’attache à promouvoir une sécurité publique ef cace et respectueuse des droits fondamentaux. Il ouvre la perspective d’une scalité plus juste qui mette à contribution tous les revenus, dont ceux qui sont issus du capital. Il prône une refonte des institutions européennes pour rendre l’Europe plus démocratique, plus solidaire et plus performante.

Certaines mesures sont coûteuses ; d’autres nécessitent des modi cations juridiques importantes ; la plupart supposent une majorité parlementaire pour pouvoir être concrétisées. Nous le savons et cela ne nous fait pas peur. C’est même une volonté clairement assumée : xer des objectifs qui soient élevés, sans être irréalistes, et qui permettent aux socialistes – électeurs, militants, mandataires – de se donner un dessein commun.

Plus que jamais, le socialisme est une philosophie politique contemporaine. Plus que jamais, le so- cialisme est une idée d’avenir et de l’avenir.

Les expériences récentes, dans d’autres pays européens, nous incitent à garder le cap d’un socialisme authentique et constructif. Le projet du Parti Socialiste s’inscrit dans un cadre belge. Mais le modèle et les actions qu’il préconise peuvent inspirer au-delà de nos frontières.

Je vous invite à découvrir notre projet de société et sa déclinaison en mesures concrètes dans les pages qui suivent.

En n, je souhaite remercier du fond du cœur l’ensemble des militants – et ils sont très nombreux – qui se sont investis dans la ré exion. La qualité des échanges, le sérieux des débats, la volonté com- mune d’améliorer le monde tel qu’il est, ont démontré, à ceux qui en doutaient, la vitalité intacte de notre Parti et notre capacité à penser et à agir pour construire un avenir meilleur.

C’est ensemble que l’on construit les plus grandes victoires et que l’on conquiert les plus belles avancées.

Très fraternellement,

Elio Di Rupo

Le dimanche 26 novembre 2017